Il ne fait pas d’efforts, que puis-je faire ? Apprendre la persévérance


Nous sommes de plus en plus dans une époque de facilitation. Il faut que ce soit facile, convivial, friendly. L’inverse de l’effort, la persévérance et la volonté.

Lorsque j’étais enfant, l’une de mes activités familiales préférées était de pétrir de la pâte à modeler. C’était dur, la pâte était tellement ferme l’hiver que je me souviens des fois où nous la mettions sur le calorifère chaud  pour la rendre plus molle. L’été, nous aimions mettre nos animaux modelés dans le réfrigérateur. Ma mère les tolérait même si notre réfrigérateur était minuscule.

Nous allons vers la facilité naturellement

Je vous parle de ceci pour vous dire que lorsque je travaillais avec les enfants dans les années 80, j’achetais cette pâte à modeler pour eux ainsi que pour mes enfants mais cela beaucoup plus tard, mais lorsque la pâte à modeler Play Do est arrivée sur le marché et dans les maisons… plus aucun enfant ne voulait de ma pâte à modeler dure à travailler; la Play Do est tellement molle et facile à modeler.

Ensuite, nous avons remplacé les craies de cire par les crayons-feutres; les enfants n’ont plus besoin de peser sur le crayon, le crayon bouge presque seul. Je me souviens des après-midi que nous passions à faire des dessins sans dessins, nous avions mal aux mains et aux poignets en étendant de la couleur foncée sur toute la feuille avec nos pastels gras. Je me rappelle également les après-midi à faire de la tire Ste-Catherine que nous étirions à en avoir mal aux bras; idem pour les beignes, la pâte à tarte et les biscuits que ma mère nous laissait abaisser au rouleau.

Je mentirais si je vous disais que mes enfants ont fait de la tire toutes les années, mais ils se souviennent du peu de fois que nous avons pris le temps d’en préparer et de l’étirer.

La loi du moindre effort

Aussi, nous avons remplacé les lacets par les fermetures autoagrippantes; les habitudes de vie ont changé, car de plus en plus d’objets sont entrés dans nos maisons comme la brosse à dents électrique, les mini-aspirateurs qui tiennent lieu de balais, les souffleuses qui ont remplacé les râteaux ou les calculatrices qui se sont substituées aux calculs mentaux. Les jeux Nintendo ont remplacé les jeux de société où les enfants apprenaient les règles, l’attente, compter, additionner et soustraire mentalement.

De même, la marche ou le trajet en vélo jusqu’à l’école ont été remplacés très souvent par la voiture; les enfants marchent de moins en moins par nécessité. Ensuite, ils ont pris l’habitude d’être transportés en voiture et ils trouvent cela très difficile de voyager seuls et par eux-mêmes. . Les responsabilités que les enfants devaient prendre en charge sont de moins en moins présentes. Pourtant, à partir de la première année, un enfant peut marcher jusqu’à l’école, et si l’on ne veut pas le laisser faire seul, il est possible d’échanger ce service avec d’autres parents qui sont des marcheurs.

La gratification immédiate

Partout, la gratification est de plus en plus immédiate, et nous nous questionnons sur les raisons pour lesquelles les enfants ne veulent plus faire d’efforts.

Avec ces choix, qu’est-ce que j’enseigne à mon enfant ?

Me déplacer toujours en voiture.

Acheter des aliments avec le moins de manipulations possible comme des carottes épluchées d’avance, de la laitue lavée ou des aliments préparés pour ne nommer que ceux-ci.

Lorsque mon garçon Guillaume avait 5 ans, en première année, c’est-à-dire il y a 12 ans de cela, une enseignante qui quittait l’école pour sa retraite avait échangé des propos un peu du même ordre d’idées lors de son allocution et elle avait observé que les enfants mangeaient beaucoup de nourriture molle depuis quelques années. Elle avait ajouté que l’on ne retrouvait plus du tout les mêmes aliments dans la boite à lunch des enfants, comme des compotes au lieu des fruits frais ou des crudités et, selon elle, il existait des conséquences directes non seulement sur la mastication, mais aussi sur l’élocution des enfants. Je ne crois pas qu’il y ait des études scientifiques sur le sujet, mais enfin… un professeur de violon dans un documentaire communiquait que les enfants avaient moins de tonus et que la tenue des postures était beaucoup plus difficile pour eux; il avait observé une différence. Les enfants jouent de moins en moins à l’extérieur.

En disant cela, je ne critique pas du tout l’évolution technologique ou le changement de mœurs et je ne veux surtout pas que vous pensiez que je porte un jugement sur quoi que ce soit; je ne fais que des constatations. Je veux simplement mettre en lumière que nos choix ont des conséquences à court et à long terme sur nos états internes et nos attitudes ainsi que nos comportements et notre forme physique, mental et psychologique. Nous vivons en cette ère effectivement, mais il est important de nous interroger sur ce que nous souhaitons. Ce n’est pas la société qui décide… c’est chacun de nous en tant que consommateur. Quelles sont les activités que nous voulons privilégier en famille?

Il est vrai que la pression sur les parents est très forte par moment et, en même temps, nous avons le pouvoir de choisir. Tout est une question d’équilibre. Pour tous ceux qui ont suivi la formation avec moi, je reviens fréquemment sur ce principe d’équilibre. Moi aussi, je suis fascinée de voir les petits de première année avoir accès aux ordinateurs et être capables de faire des graphiques. Je suis tout autant émerveillée lorsque je les vois dévaler les pentes de ski sur leurs planches à neige en épatant la galerie avec leurs cabrioles.

Nous voulons aller de plus en plus vite et pour cela, fréquemment, nous croyons nous simplifier la vie en choisissant plus de rapidité et nécessairement plus de facilité. Pourtant, je crois que nous nous la complexifions et, par le fait même, nous nous isolons de plus en plus les uns des autres.

Avant, pour chercher la définition d’un mot, j’utilisais mon encyclopédie Grolier; maintenant, je tape le mot à l’ordinateur, et plusieurs définitions apparaissent. Laquelle est la meilleure, laquelle choisir ?

Est-ce vraiment se simplifier la vie ?

Nous demandons aux enfants de s’investir de moins en moins, car nous trouvons cela plus long et plus difficile. Nous sommes moins patients, car nous avons le sentiment que tout va trop vite. Plus nous stressons, plus notre perception du temps s’accélère, et il se rétracte; tout comme nous, le temps est sous tension.

Les enfants doivent vivre un mal-être pour persévérer

Il faut faire attention, car le mal-être est là pour nous dire que nous ne sommes pas sur le bon chemin. Les émotions comme l’anxiété, la tristesse, la colère nous poussent dans l’action pour nous changer nous-mêmes ou nous inciter à changer le monde pour mettre fin à l’émotion de mal-être.

Il est normal de vouloir éviter de se sentir mal et lorsqu’il s’agit de nos enfants nous n’aimons pas les voir mal. Portant le mal-être est nécessaire pour apprendre l’optimisme, la résilience et échapper à la détresse. Chaque émotion a son message, l’anxiété nous prévient d’un danger imminent. La tristesse nous informe d’une menace de perte et la colère peut nous prévenir que quelqu’un a envahi notre territoire. Ces informations nous incitent à agir.

Si nous les protégeons de l’échec, nous les empêchons d’acquérir la persévérance. Chaque tâche compliquée à laquelle votre enfant doit faire face comporte plusieurs étapes, qui peut être plus ou moins facile à faire. S’il trébuche à l’une des étapes, essaie de nouveau, puis réussit, il va persévérer. S’il abandonne au moindre obstacle, il échouera dans l’ensemble de la tâche.

Chaque échec, petit ou grand, engendre des sentiments négatifs, de l’anxiété, de la tristesse, de la colère. Ces émotions lorsqu’elles sont modérées sont stimulantes, mais elles sont aussi décourageantes. Comme nous tous, l’enfant peut faire deux choses, il peut agir pour mettre fin à l’émotion en changeant la situation ou soit baisser les bras et abandonner. La première c’est de la maîtrise, la deuxième c’est de l’impuissance acquise.

Pour que l’enfant vive de la maîtrise, il doit échouer, qu’il se sente mal, mais qu’il essaie à nouveau jusqu’à ce qu’il atteigne la réussite. Le mal-être fait partie de la réussite et de la persévérance. En évitant le sentiment d’échec, il est plus difficile d’atteindre la maîtrise et en atténuant la tristesse et l’anxiété justifiées, nos les rendons plus vulnérables à la détresse et la dépression. Lorsqu’ils font face à des obstacles et que nous nous précipitons pour protéger leur estime, nous ne les aidons pas à persévérer. Et s’ils ne persévèrent pas, leur estime d’eux-mêmes va diminuer.

POUR CE FAIRE


Je peux vous dire que si nos enfants ont fréquemment entre leurs mains des jeux ou accessoires portatifs comme des téléphones à toute heure de la journée, moins nous allons les faire s’investir, car nous avons la sensation qu’ils sont occupés et que nous les dérangeons. Ils se mettent à jouer pendant que nous rangeons les bagages dans la voiture au moment du départ, à l’heure de mettre la table et de préparer le repas, lorsqu’il est temps de débarrasser la table et de ranger la vaisselle dans le lave-vaisselle, etc. Nous les engageons de moins en moins dans l’intendance de la maison, ils deviennent par le fait même des spectateurs plutôt que des acteurs. Le « Moi » de l’individualité se développe de plus en plus pendant que le « Nous » du groupe se restreint.

Alors, que faire pour susciter le goût du travail et de l’effort ?

La vidéo donne des bonnes idées pour inculquer la motivation et le courage, dépêchez-vous à la regarder.

Que faire pour remettre la collectivité sur la carte? Oui, il est plus difficile de s’oublier pour mettre la collectivité de l’avant, mais j’y reviendrais éventuellement.

Toujours la même chose, en rendant la tâche attrayante (sécrétion de sérotonine) et en encadrant les heures allouées aux objets portatifs.

Si par malheur, la technologie portative vous envahit en plus en plus, prenez un petit panier d’osier avec quelques paires de chaussettes (les chaussettes servent d’étui de protection) tout comme  dans les maisons d’enseignements, et ce sera l’incitatif pour débuter des règles sur l’utilisation de ces appareils. Assoyez-vous avec vos jeunes et parlez-en ensemble. Vous pourriez débuter par  » Des changements de comportements se sont réalisés petit à petit à chaque jour et maintenant c’est ce qui se passe  ………

De plus, par moment, prenez le temps de vous investir dans des activités de longue haleine avec eux; selon leur âge et en fonction de leurs différences, ils vont s’investir un peu plus chaque fois.

Par exemple :

Cuisiner : on commence par quelque chose de très simple comme du pain perdu et on augmente la complexité progressivement. Aussi, on peut faire un projet sur plusieurs jours comme des biscuits de Noël. Vous pouvez également les faire participer aux cadeaux de Noël distribués aux éducatrices et enseignants.

Jardiner : au début, je plante une fleur et j’augmente chaque année… Il faut cesser de vouloir notre jardin magnifique dès le départ (je veux qu’il soit déjà à la marche 4, le résultat)… Le jardin peut se développer petit à petit tout comme le reste.

Tricoter

Faire de la couture

Bricoler, dessiner

Envelopper les cadeaux de Noël avec imagination

Apprendre un instrument de musique

Jouer à des jeux de société autour de la table

Faire des projets comme la construction d’un village de Noël

Faire des excursions, des randonnées en montagne

Aller pêcher

Etc.

Aussi, chaque fois que mon enfant fait quelque chose qui demande un investissement en temps et énergie, un effort musculaire ou intellectuel, de la concentration ou de l’attention, je viens le reconnaitre pour qu’il puisse développer une identité positive de lui-même. Il est évident qu’il risque d’apprécier davantage les jeux vidéo qui sont construit pour provoquer l’accoutumance immédiate. Alors c’est à nous de construire notre agenda avec des plages de plaisir intense entre les moments d’efforts pour imiter la façon qui est utilisé dans les jeux.

Voici un exemple de formulation pour féliciter l’enfant mais attention il doit y avoir eu effort:

Par exemple : « Ça, c’est être patient (valeur); tu as pêché une grande partie de l’après-midi sans te plaindre, tu as été persévérant (valeur) même si cela n’a pas mordu (impact). Nous avons passé un moment agréable ensemble, et cela me donne beaucoup de joie. »

« Chaque fois que je te vois lire un livre, mon cœur s’égaye, car je sais que tu fais un effort (valeur) de concentration et que tu développes le goût pour la lecture. C’est réconfortant pour moi, car je sais combien l’apprentissage du savoir (valeur) est important. »

« Lorsque je te vois nettoyer tes bottes d’hiver, cela me rassure et me fait plaisir, car je réalise que tu es capable de prendre soin de tes choses (valeur). C’est être responsable (valeur), et pour moi, c’est important. »

En même temps, il est important de lui dire les vraies affaires, lorsqu’il a accompli un réel effort. S’il est petit et que c’est difficile pour lui de faire un effort, je prends le temps de m’arrêter, de le regarder et de le toucher en laissant parler mon cœur. Dites-le avec vos propres mots, ceci aura un impact encore plus important.

« Quand je te vois participer à ramasser les jouets avec moi, cela me remplit de joie, car je me sens soutenue, et c’est une belle contribution (valeur) au bien-être de notre famille; merci beaucoup. »

Vous pouvez aussi  reconnaître ce que vous faites à voix haute par exemple  « je me trouve travaillant d’avoir fait la vaisselle, il y en avait énormément et je me suis motivé avec la plaisir que j’ai eu d’avoir mangé ce merveilleux repas avec vous » ainsi les enfants vont comprendre que nous aussi pouvons trouver certaines routines ennuyantes mais qu’elles sont inter reliés avec autres choses qui nous plaisent au maximum.

Maintenant posez-vous la question :  croyez-vous vraiment que les enfants d’aujourd’hui font moins d’efforts ou si  les efforts qu’ils font sont différents ?

Un enfant intéressé a-t-il besoin d’être motivé ou est-ce parce qu’il s’ennuie? (vous référer à cette chronique )

Je vous souhaite du bon temps en famille. Et n’oubliez pas nous sommes nos meilleurs alliés!!!

Monique [/ text_output] [/ vc_column] [/ vc_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.