La réussite ce n’est pas la perfection

Pour la plupart d’entre nous, le nouvel An est le temps de faire des bilans et aussi, par le fait même, d’énumérer des objectifs, de faire des projets, des changements, des transformations. Que ce soit de projeter de faire un voyage ou une rénovation ou encore une réalisation ou un accomplissement, les idées sont nombreuses. Mais soyons honnêtes, qu’en est-il de nos résolutions échouées qui sont restées en suspens sur le dessus de notre liste de la dernière fois?

Saviez-vous que la plupart d’entre nous sont des récidivistes, nous reprenons les mêmes résolutions que nous reportons d’une année à l’autre. Selon une étude, tandis que 52 % des personnes interrogées étaient convaincues de leurs réussites, seulement 12 % avaient atteint leurs objectifs.

Plusieurs études démontrent que les gens laissent tomber assez rapidement leurs objectifs et que ces essais infructueux leur font croire qu’ils sont incapables d’être persévérants, qu’ils n’ont aucune maitrise sur eux-mêmes, qu’ils sont des « incapables ». Pour ma part, ce que je comprends de tout cela, c’est que peut-être devrions prendre une résolution plus intelligente cette année, celle de changer notre façon d’évaluer le succès de nos objectifs. Pour ceux qui ont suivi une formation avec moi, vous avez peut-être déjà entendu mon exemple par rapport au lancer sur une cible. Si je sais que je ne suis pas très doué pour lancer et encore moins pour viser, il serait décourageant de me mettre des objectifs trop élevés au départ comme de me placer à 50 pieds de la cible. Il est évident que je vais rapidement me considérer comme étant un mauvais lanceur et que je vais abandonner mes objectifs avant même d’avoir eu la chance de m’améliorer rapidement, car mon cerveau n’aura pas la possibilité de sécréter de la dopamine, hormone de la récompense transmise lorsque j’atteins cette cible.

Arrêtons de chercher la perfection, les 100 %, et de vouloir atteindre la marche « victoire » immédiatement. Lorsque nous regardons le manque plutôt que ce que nous avons, nous sommes dans l’insatisfaction et, par le fait même, dans la tension et le stress. Cessons de regarder notre vie passée avec des regrets en nous disant que nous aurions dû faire de l’exercice tous les jours, que nous aurions dû mieux manger, que nous aurions dû prendre soin de nous, etc. Nous oublions que ce que nous avons fait, nous l’avons fait du mieux que nous le pouvions à ce moment-là.

Il est important de se mettre des objectifs facilement réalisables pour ne pas susciter la lutte et le combat à l’intérieur de nous, mais plutôt l’enthousiasme et la joie de nous accomplir. Pour cela, il faut déjà apprécier où nous en sommes aujourd’hui et célébrer tout ce que nous aimons en nous. Le succès est accompagné de petits pas déclenchant la paix à l’intérieur de nous, le contentement. Chacun de ces petits pas, au fil du temps, construira un chemin de bien-être et de fierté. C’est une démarche tout aussi enrichissante. Il n’est pas nécessaire de faire de grands bonds, il est même beaucoup plus rare de s’accomplir de cette façon, lorsque le changement est radical. Ce qui est important, c’est d’être constant, de faire des bilans régulièrement pour ne pas déraper sur une longue période, de regarder ce que l’on fait de bien et d’organiser notre environnement pour se soutenir.

L’autre jour, j’écoutais un témoignage de transformation; la personne avait changé radicalement sa façon de manger et ses habitudes de vie. Elle savait que si ce changement avait eu comme conséquence son isolement et l’éloignement de ses amis, elle n’aurait pas tenu le coup, alors, elle avait demandé la complicité de ses amis pour vivre son aventure. Ils se sont donc tous mis à l’œuvre pour la soutenir en l’accompagnant dans la préparation des repas à la maison plutôt que d’aller au restaurant et de prendre un verre dans un bar la fin de semaine. Ils ont modifié leurs sorties en faisant du sport au lieu de regarder la télévision et de manger des croustilles. Elle savait qu’il était primordial qu’elle puisse continuer de voir ses amis.

C’est une autre question qu’il est primordial de se poser lorsque l’on effectue un changement. Qu’est-ce que je vais perdre ou gagner en faisant ce changement? Qu’est-ce que cela va changer pour moi et pour mon environnement, car si je ne fais pas un choix conscient, c’est mon inconscient qui choisira pour moi.

Pour être dans le succès :

  • Changez votre perception; la réussite et le succès, ce n’est pas être parfait.
  • Prenez comme objectifs des buts simples et réalistes, et même facilement atteignables, pour sécréter beaucoup de dopamine et augmenter votre estime de vous-même et votre confiance au lieu de vous ruiner le moral.
  • Faites des petits pas constants et réguliers.
  • Faites des bilans régulièrement.
  • Obtenez le soutien de votre environnement pour vous faciliter la tâche.

Je vous souhaite de belles réalisations qui vont vous enraciner dans la vie.

Monique Desjardins