L’impact du stress sur l’apprentissage


La cohérence cardiaque génère de la cohérence émotionnelle et mentale

La cohérence cardiaque permet d’apprendre à générer de la cohérence émotionnelle et mentale d’une façon délibérée, c’est-à-dire sur demande. Ceci afin que chacun de nous puissions passer une plus grande partie de notre journée à un niveau optimal d’apprentissage et régénérateur d’efficacité énergétique. Selon plusieurs chercheurs, présentement, la cohérence cardiaque est l’outil le plus efficace pour gérer ses émotions et son stress donc améliorer ses capacités d’apprentissage . Avec la pratique de la cohérence cardiaque, il devient facile d’avoir une vie plus satisfaisante en cette ère de surstimulation, et cela, pour tous.

Quand nous sommes frustrés, anxieux, en colère ou encore quand nous avons peur, quand nous sommes inquiets ou encore confus et peinés, notre rythme cardiaque est saccadé et irrégulier. Ce rythme chaotique crée un désordre dans le système nerveux autonome, affectant ainsi le reste du corps.

Tout cela entraîne une réaction en chaîne dans notre corps : nos vaisseaux se contractent, notre pression s’élève, nos organes et nos glandes se mettent à sécréter une panoplie d’hormones dans notre corps, car notre cerveau émotionnel a compris que nous devons être soit en mode attaque, soit en mode fuite, soit en mode inhibition ou gel. Notre attention est dirigée vers les stimulus externes et nous ne sommes plus disponibles pour apprendre. Notre cerveau est en alerte!

  1. nous devenons hypervigilants pour détecter des informations liées à la menace. Le filtre sensoriel se transforme (tout devient important et nous distrait).
  2. notre pensée devient rigide. Tout ce qui nous importe est le stresseur. Tout le reste est non pertinent. Notre pensée devient en mode tunnel.
  3. tout ce qui nous dérange dans notre processus de résolution de problème envers notre menace, devient une menace aussi.
  4. notre attention est sélective.
  5. Nous perdons le goût d’apprendre et de persévérer

Ce rythme provoque des changements métaboliques, entre autres, en débranchant une partie du cortex cérébral et produit ce que l’on appelle « l’inhibition corticale. »  Il en va de même lorsque nous manquons de vitalité et d’énergie : nous sommes de l’autre côté du tableau annexé ci-haut, nous sommes apathiques ou désintéressés, le cerveau fonctionne avec le minimum de dépense énergétique, ce qui est aussi désastreux si nous avons un défi d’apprentissage.

C’est pour cette raison qu’il est primordial d’apprendre à gérer nos émotions pour avoir des enfants qui sont préparés pour l’école. Un enfant calme et confiant va être curieux et excité d’apprendre, il va avoir confiance en lui et va être convaincu qu’il peut réussir, il sera motivé et intéressé à vivre des expérimentations nouvelles, autant à la garderie qu’à l’école.

Une bonne intelligence émotionnelle aide l’enfant, car il devient capable de comprendre les émotions des autres, il éprouve de l’empathie envers ses enseignants et ses pairs. De plus, il maîtrise ses émotions et sait les verbaliser adéquatement.

Un enfant coopératif, calme et attentif, qui est capable de suivre les indications de son enseignant, accélère sa capacité d‘apprentissage et assure un climat calme et confortable pour tous.

Pour les enseignants et les camarades de classe, ces comportements perturbateurs représentent un défi majeur pour la réussite éducative, car les enfants ayant des difficultés à gérer leurs émotions peuvent accaparer le temps précieux ainsi que l’énergie et l’attention qui devraient être réservés aux expériences d’apprentissage de la classe entière (Raver et Knitze, 2002).

En 2002, les estimations des taux nationaux de prévalence de jeunes enfants avec des problèmes psychosociaux se situaient entre 10 % et 21 % (Powell et al., 2003). Selon Boyd et al. (2005), les enseignants de la maternelle signalent qu’environ 20 % des enfants qui entrent à la maternelle n’ont pas les compétences sociales et émotionnelles requises pour être « prêts » pour l’école.

En outre, le taux de jeunes enfants dont le comportement manifeste agressivité, non écoute des règles ou hyperactivité est estimé à être aussi élevé que 25 % (Raver et Knitze, 2002).

L’état qui nous permet un apprentissage optimal: la facilitation corticale

Par ce fait, il devient primordial de bien gérer ses émotions et, pour cela, de faire des arrêts de jeu par la cohérence. Cet état nous aide à réduire l’auto-intoxication par le stress et à revenir à notre paix intérieure.

Quand nous sommes en cohérence, nous sommes dans un état optimal. Cet état se nomme aussi « facilitation corticale » ou encore « la zone » ou « le flow ». Nos réflexes physiques deviennent alors plus rapides et nous pensons plus clairement, car nous utilisons le cortex de notre cerveau et notre lobe frontal.

Pour ces raisons, la cohérence est de plus en plus utilisée dans toutes les disciplines – plus particulièrement les sports de compétition comme le golf, le ski acrobatique ou de vitesse. Les professions exigeant de grandes performances comme les pilotes de chasse, les forces armées y font également appel.

 C’est un outil formidable pour toute personne désirant un mieux-être dans sa vie. Une fois cette façon de vivre automatisée, vous êtes de plus en plus en état de « flow » sur demande.

POUR CE FAIRE


  • Maintenant nous savons que le cerveau de l’enfant se développe en miroir avec celui de son parent, ce qui veut dire qu’un parent qui a de la difficulté à contenir ses colères pourrait augmenter sa qualité de vie et celle de sa famille s’il pratiquait la cohérence cardiaque avec ses enfants de façon quotidienne ou du moins la pleine conscience.Pour vous aider dans cette démarche vous pouvez télécharger gratuitement le guide audio MP3,  vidéo et PDF de l’Arrimage au coeur. 
  • Cette vidéo va vous aider, allez jusqu’au bout pour voir l’exercice.
  • Si vous débuter la pratique de l’empathie vous allez augmenter la sécurité et la bienveillance dans votre famille ce qui aidera le développement des cerveaux de vos enfants, et par le fait même, l’apprentissage de la gestion émotionnelle. Pour l’article c’est ici Les 12 façons de développer des habiletés d’empathie chez nos enfants
  • Cet article sur la patience est très aidant car la compétence de la patience est directement relié avec l’autocontrôle Développer la patience des enfants avec conscience 
  • Si vous avez tendance à vous énerver rapidement car vous ne dormez pas suffisamment ou que vous êtes stressé cet article sera d’une grande aide pour vous Plus je veux cesser de crier après mes enfants et plus je crie. Comment faire autrement?
  • Si votre enfant est nerveux, un conseil, diminuer le temps d’écran, il est démontré que le temps  passé sur les écrans entraîne une alteration du  développement normal du cerveau. Les professionnels en garderie ou à l’école constatent des retards engendrés chez certains enfants dus à une trop grande exposition aux écrans. Ces enfants peuvent être moins autonomes pour aller chercher certains apprentissages comme celui d’attacher ses souliers ou de colorier un dessin sans dépassement, car les jeux électroniques entretiennent la gratification immédiate et les enfants s’y habituent rapidement. Si vous désirez lire la chronique c’est ici Les dangers des écrans pour les enfants et les adolescents.
  • Plusieurs trucs vous attendent ici La bienveillance pour contrer les insultes entre vos enfants
  • Il est possible d’augmenter nos neurones inhibiteurs, ces derniers sont les freins de notre cerveau. Un cerveau qui n’a pas de frein c’est comme de rouler à bicyclette sans frein, il y a fort à parier que nous aurons un accident. Sans frein nous risquons d’avoir beaucoup de conflits avec les autres car nous ne saurons pas gérer notre colère. Pour en savoir davantage c’est ici Comment baisser sa réactivité et augmenter sa capacité d’empathie grâce aux neurones inhibiteurs .
  • Si le développement d’un cerveau en santé vous intéresse c’est ici Un cerveau en santé assure le bonheur
  • Si vous aimez les histoire, voici une très belle métaphore amérindienne Les deux loups: une métaphore qui explique la réaction au stress et l’agressivité qui nous fait comprendre que c’est nous qui avons le pouvoir de nous aider à être moins colérique en aidant notre cerveau à devenir plus intégré, plus cohérent.
  • L’alimentation est très importante pour vous soutenir dans cette démarche, car si vous mangez des aliments vides, transformés ou des aliments très sucrés comme des boissons gazeuses  et des sucreries, vous nourrissez le mauvais loup.   Nous connaissons maintenant le lien entre la quantité de glucose dans le sang et la maîtrise de soi, il est apparu dans des études sur l’hypoglycémie, cette tendance qu’ont certaines personnes à avoir une concentration de sucre dans le sang anormalement basse. Ces recherches démontrent que les hypoglycémiques ont tendance à souffrir de troubles de concentration, ont plus de difficulté à gérer leurs émotions et sont plus impulsifs. Pour lire l’article c’est ici Grâce à l’alimentation gagner une volonté d’enfer.
  • Dans cet article Mon enfant va mal à l’école Quoi faire? Je nomme les 8  facteurs connus à l’origine de l’indisponibilité d’un enfant à apprendre, ils sont tous relié aux émotions bien entendu.
  • Voici un extrait d’une entrevue avec le Dr Guéguen qui explique combien la bienveillance est primordial pour le développement du cerveau. Et je vous dirige à travers mon site et ma chaine Youtube.

Votre cœur peut être une force d’apprentissage et de résilience dans votre vie!

Monique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.